0 Produit Produits dans le panier

Votre panier

Aucun produit

Livraison
À définir
Total
0,00 €

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés réaliser des statistiques de visites.

La dermite estivale

La dermite estivale

La dermite estivale également connu sous les noms de dermite équine d'été, de gale d’été etc. est certainement l'allergie la plus fréquemment observée pendant les mois d'été.

Il s'agit d'une allergie à la salive de plusieurs insectes hématophages :

Culicoides, Simuliidae (la mouche noire), Stomoxes (mouche des étables) ou taons.

La réaction se développe rapidement dans les minutes suivant la morsure.

La dermite estivale récidivante équine (DERE) est une dermatose saisonnière et récurrente qui débute au printemps, s’intensifie en été, s’atténue en automne pour disparaître en hiver. Elle est donc étroitement liée à un facteur saison, ou plutôt température, les insectes n’étant plus actifs en dessous de 10°C. Le phénomène se répète tous les ans, et souvent s’aggrave d’année en année à tel point que dans certains cas, les lésions persistent en partie l’hiver. Les zones les plus fréquemment touchées sont la base de la queue, la naissance de la crinière, la tête, la croupe et la ligne ventrale, mais au fil du temps peuvent également être généralisés à d'autres parties. La dermite estivale peut avoir une part génétique, certaines races étant apparemment plus touchés que d'autres (PRE, Frison, islandais, shetlands ...). La guérison spontanée est exceptionnelle. Comme toutes les allergies, cette affection ne présente aucun caractère contagieux.


Le diagnostic différentiel :

Il se fait avec les infections parasitaires provoquant des démangeaisons (oxyurose caractérisée par des démangeaisons anales, la gale ou les poux) et d'autres formes d'allergie (dermatite atopique, la dermatite de contact ou allergie alimentaire). Une amélioration des symptômes en réponse au contrôle des insectes (spray, une couverture ou confinement pendant les heures d'activité des insectes) est la meilleure méthode pour confirmer le diagnostic.


Les lésions et leur évolution :

Les lésions sont plutôt localisées en région dorsale. Sont classiquement sont atteintes : la base de la queue, l’encolure et le garrot avec des crins abimés (crinière et queue), mais ceci peut s’étendre à la croupe, voire à la tête (et les oreilles, endroit où l’on observe d’ailleurs plus nettement les piqures causées, grâce à l’absence de poils). La région ventrale peut aussi être concernée le long de la ligne blanche mais aussi la ganache, voire les ars (souvent cette région est attaquée par d’autres insectes piqueurs car les culicoides préfèrent les zones à crins et/ou les zones horizontales). Les premiers signes physiques apparaissent précocement dès le début du grattage avec des plaques dépilées, une crinière ou encore la base de la queue ébouriffées par les grattages. Les crins sont ainsi souvent cassés. La queue peut prendre un aspect en « queue de rat ». Sur la peau, des excoriations et des pellicules apparaissent rapidement puis les lésions s’aggravent avec des ulcérations, des croûtes. Au fil des ans, les poils ne repoussent plus et la peau reste épaissie et plissée (lichénification). Les lésions se surinfectent facilement accentuant encore les démangeaisons.

voir aussi :

pourquoi votre cheval se gratte

toutes les réponses sur la dermite estivale

> l'ail, est-ce vraiment une bonne idée ?

la dermite atopique, l'autre "dermite estivale"

En résumé : 


  Définition résumée : La Dermite Estivale est une hypersensibilité aux piqûres d'insectes

  Zones touchées : Tout le corps

  Saisonnalité : Printemps/ Eté/ début d’automne (périodes d’activité des insectes piqueurs)

  Symptômes : grattages intenses aux beaux jours, perte de poils, crins cassés, plaies de grattage

  Soins immédiats : répulsifs et lotions /crèmes apaisantes/ couvertures si pas d'autre solution

  A noter : la peau étant déjà bien meurtrie, une utilisation de produits non agressifs est fortement recommandée


Information à titre indicatif - Ne remplace pas la consultation chez un vétérinaire

Publié le 28/07/2016 par ©Animaderm SAS Les allergies équines 5759